Russie Orthodoxe

Separator
Album photo reportage

2ème édition, 2012

Album photos avec un brin d'histoire sur la Russie. 
Découvrez la richesse de l'art religieux orthodoxe, les villes historiques de Novgorod, Vladimir, Yaroslavl, Souzdal, Sergiyev Possad. Voyez la ville russe la plus européenne, Saint-Pétersbourg et les palais des tsars, l'Ermitage et Tsarskoye Selo.

Visitez Moscou et les gens de la Russie d'aujourd'hui. Textes et photos par André Bériault et Natalya Bronzova Dépot légal
Bibliothèque nationale et archives du Québec

ISBN: 978-2-923931-01-2

Disponible en version imprimée, 12" x 12", 125 pages sur Blurb 
Version électonique pub pour IPAD

Voir un échantillon du livre ci-dessous



Préface
    Déjà en 68, je rêvais dans ma vie d'adolescent de visiter la Russie. Les bons pères, dans mon collège classique de la Gatineau, l'appelaient encore, après cinquante ans de communisme, « Sainte Russie »; tout en prenant bien soin de nous mettre en garde sur le terrible «démon rouge» qui y régnait. Quoi de plus normal alors pour un étudiant en art classique comme moi, de vouloir à tout pris y mettre les pieds. Il me fallut attendre plus de trente ans pour mettre ce rêve à exécution et quand enfin j'y fus, le diable en question avait été chassé. Mais, cette «Sainte Russie» demeura telle qu'il me fallait la connaître, mystérieuse et surtout orthodoxe, non seulement dans le sens religieux mais aussi mais aussi dans le sens laïc  de ses traditions millénaires.

    Ainsi, à travers mes pérégrinations russes, j'ai visité tant Moscou que Saint-Pétersbourg et une foule de villes et villages entre les deux; parmi celles-ci bien entendu, les plus anciennes et les plus saintes Novgorod, Vladimir, Bogolyoubovo, Souzdal en passant par Serguiev Possad où se trouve un monastère unique, chef lieu de l'Église Orthodoxe de Russie, la Laure de la Trinité-Saint-Serge.

    Je reviens donc de mes voyages, la tête pleine de beautés gravées sur des milliers de photos, dont une infime partie se retrouve dans cet album. Elles expriment, toute mon admiration pour ce peuple, sa religion, son histoire et son art. Je retiens une nation riche et admirable de culture et d'une simplicité déconcertante; je retiens des gens un peu bourrus, mais oh combien droits et honnêtes et surtout fortement attachés aux traditions et aux lois humanistes qui survécurent à des siècles de guerres, d'oppression et de cataclysmes. Ainsi, malgré les Chevaliers Porte-Glaive de l'Ordre Teutonique, les hordes barbares et envahissantes de Gengis Khan, malgré la soif d’empire de Napoléon et d’Hitler, ou malgré même celle de ses propres dictateurs, le peuple russe réussit le pari de conserver son identité propre « slave »,et même à la faire rayonner sur un territoire aussi vaste  que l’Amérique du Nord, peuplé de plus d'une centaine de nationalité différentes.

    Tout le monde s'entend sur la ferveur religieuse de ce peuple, largement démontré par son attachement à ses traditions orthodoxes vieilles de plus de mille ans que ni les envahisseurs, ni ses propres dirigeants communistes n'ont pu extirper. Nous la retrouvons partout et elle semble même en forte croissance, contrairement à bien des pays occidentaux; partout nous la reconnaissons facilement dans les restaurations d'églises, le nombre croissant de visiteurs aux lieux saints et jusque dans les cimetières qui sont pour eux un endroit tout spécial pour conserver le respect et la mémoire des ancêtres.

    Est-ce cette même ferveur qui alimente chez eux un attachement et à la fois un certain laisser-aller envers la nature qui est omniprésente et souvent totalement laissé en liberté; ce qui donne aux jardins des maisons, des datchas et aux rues des petites villes, un certain air de négligé. Je croyais, bien innocemment, que cet abandon aux libres caprices de la nature, était du à un manque de gestion du bien publique, à un certain désintéressement, mais en fait il m'en a fallut du temps pour admettre que tout ceci n'est en fait qu'une une délicate et très ancienne forme de respect envers elle. Car respecter la nature, c'est aussi respecter l'homme.

single project Info
single project Info
single project Info
single project Info
single project Info
single project Info
single project Info
single project Info